Témoignages de stagiaires

vendredi 26 septembre 2014
popularité : 66%

Cette page vous est dédiée

vous qui avez été formés par PROMMATA hier, ou bien il y a 15 ans ...

Vous pouvez y mettre vos témoignages et vos remarques pour l’avancement de l’Agriculture en Traction Animale Moderne. Merci de préciser les dates au moins approximatives de votre formation.

ATTENTION, cette page est uniquement dédiée aux témoignages de stagiaires !!! pour tout autre sujet de discussion, allez sur le FORUM de PROMMATA

À vos claviers !


Commentaires

Logo de Luc
Témoignages de stagiaires
mercredi 6 janvier 2016 à 11h00 - par  Luc

Cette formation ‘‘traction animale’’ a été très bénéfique pour moi cette année.

Elle m’a permis de me former correctement pour pouvoir cultiver des légumes avec mon cheval en toute sécurité et sérénité.

On ne s’attend pas à tout ce qui se cache derrière le mot ‘‘traction animale’’.

En effet, de l’éducation du cheval, du meneur jusqu’au travail avec l‘outils on a de quoi apprendre ! Un meneur et un cheval bien éduqués sont indispensables, de même que savoir bien régler l’outils, ça prend du temps et se faire former est, je pense, incontournable...

Mais ce n’est pas tout d’avoir appris à travailler avec un cheval. J’ai aussi pu mieux adapter mon outils de travail d’un point de vue technico-économique à la traction animale. Ce qui paraît simple d’un premier abord, mais si on creuse un peu on se rend vite compte de tout ce qu’on peut faire pour améliorer l’ensemble...

Enfin, nous avons pu tisser des liens entre maraîchers en traction animale, ce qui est une vrai richesse.

Je remercie toutes les personnes qui ont rendu possible cette formation et qui m’ont permis de progresser dans ce domaine.

Luc

Logo de Lucie
Témoignages de stagiaires
mercredi 6 janvier 2016 à 10h58 - par  Lucie

Au cours de mon installation en maraîchage biologique de montagne, il m’est venu naturellement l’idée d’utiliser la traction animale pour entretenir mes cultures et travailler mes champs.

En effet, je suis passionnée depuis l’enfance par les chevaux et allier passion et travail m’a de suite séduit.

J’ai donc suivi quelques jours d’initiation à la traction animale avec l’association Prommata sur le plateau de Sault (11) parallèlement au montage de mon dossier d’installation JA. J’y ai alors intégré l’achat d’un cheval de trait et d’une Kassine parmi d’autres investissements pour le développement de la ferme. Lorsque j’ai démarré quelques travaux avec Gaël, mon compagnon, et Virgule, jument percheronne de 6 ans, j’ai été inquiète sur la pertinence de mes choix techniques et de mes investissements.

Tout était problématique : la jument était difficile à maîtriser, les outils étaient mal réglés, nous étions stressés ce qui rendait le travail désagréable pour nous et Virgule. J’étais désemparé, un rêve et des choix semblaient impossible à mettre en œuvre. C’est alors que Prommata m’a contacté pour suivre une formation personnalisée pour aider à l’installation en maraîchage en traction animale.

Quel soulagement de ne plus se sentir dans une impasse !

La formation a donc débuté et j’ai pu faire connaissance avec les autres stagiaires et Guillaume Kedryna, notre formateur. La pédagogie qu’il a employée m’a de suite plu : théorie, pratique, analyse et bilan personnalisé à la fin de chaque journée. La méthodologie aussi : reprendre le dressage des chevaux en liberté, comprendre leur langage et leurs comportements pour les amener par étape et en douceur au travail en sécurité et en confiance. Nous avons beaucoup appris sur nous-même car le cheval réagit en fonction de notre présence, de nos émotions et de nos intentions. J’ai pu me rendre compte que certains problèmes avec ma jument venaient du fait que je mélange colère et fermeté ou bien que je ne posais pas de cadre strict, des traits de ma personnalité...

Les échanges entre nous ont été très enrichissants aussi bien sur le travail avec les chevaux que sur des points techniques de maraîchage ou l’agronomie en général. Découvrir d’autres fermes et travailler avec d’autres chevaux a également beaucoup apporté à la formation. Au fil des mois j’ai repris confiance et espoir et la traction animale m’a de nouveau paru un moyen idéal et cohérent sur une ferme diversifiée telle que la mienne. Petit à petit, Guillaume nous a donné les clés pour éduquer (ou rééduquer) nos chevaux, utiliser au mieux la Kassine et travailler en sécurité. Les progrès n’ont pas toujours été fulgurants car la clé principale c’est l’assiduité et la régularité dans le travail avec le cheval, ce qui n’a pas toujours été mon cas par manque de temps ou autres « bonnes » raisons.

Au jour du bilan, en cette fin de saison 2015, je me sens motivée pour persévérer dans le travail avec ma jument Virgule en étant « accordée ». Je suis confiante et je souhaite dès l’année prochaine effectuer la majorité des travaux des champs avec la Kassine en piochant dans ma « boite à outils » de connaissances.

Je remercie grandement Guillaume, l’association PROMMATA et les autres stagiaires pour m’avoir transmis ces savoirs avec enthousiasme et sympathie.

Lucie

Logo de Tiffen
Témoignages de stagiaires
mercredi 6 janvier 2016 à 10h57 - par  Tiffen

Crée depuis le 1er janvier 2013, mon entreprise agricole produit des fruits et légumes biologiques.

Je travaille avec ma compagne qui est conjointe collaboratrice.

Nous vendons notre production au marché du Mas d’Azil, au magasin Bios de Pamiers et à la ferme.

Cette année nous avons fait les démarches nécessaires pour recevoir la DJA.

Notre plan de développement économique est essentiellement porté sur la traction animale.

Seulement, pour pouvoir répondre de manière professionnelle au développement d’une structure agricole en traction animale, il est évidement indispensable d’être formé à ces techniques de travail.

En effet, tant dans un souci de sécurité que de rentabilité la maîtrise de l’animal et de l’outillage et essentielle.

Or, les deux premières années de mon installation, je n’étais ni correctement outillé, et encore moins formé à mener ma jument Quine. Le travail accompli laissé à désirer et la prise de risque était trop quotidienne, je m’en rends compte à présent.

Il fallait absolument que je me forme, j’ai ainsi participé à la formation proposée par Prommata, formation particulièrement adaptée et pertinentµ. Grâce à sa durée et sa fréquence, elle permet un travail approfondi tout en permettant de la réflexion entre chaque séance.

Nous apprenons en petit groupe (3 personnes) ce qui nous a permis de pouvoir échanger sur nos expériences mais aussi d’être en nombre assez réduit nous a permis de pouvoir traiter les demandes de chacun.

De plus, PROMMATA propose une large gamme d’outils de traction très performante avec lesquels nous pouvions directement nous familiariser.
Pour terminer le formateur Guillaume KEDRYNA était très compétent !

Aujourd’hui, je travaille seul, en sécurité et avec beaucoup plus d’efficacité. Le relation avec la jument est plus sereine.

Je donc à remercier PROMMATA pour cet accompagnement, ainsi que l’ADEPFO et le fond VIVEA qui ont financé cette formation

Tiffen

Logo de Philippe
Témoignages de stagiaires
mardi 24 novembre 2015 à 16h19 - par  Philippe

Mon cas est probablement un peu particulier. Je n’ai aucunement l’intention de m’installer dans une activité de maraîchage professionnel. Avec un ami de longue date, j’ai pu depuis quelques mois partager une prairie d’une superficie de 1,5 ha que nous travaillons en commun. J’ai acquis fin octobre 2014 deux jeunes ânes et j’ai commandé un peu plus tard mon matériel grâce aux conseils de Jo Ballade. Pendant l’hiver, nous avons attendu le printemps et la livraison du matériel, ce qui nous a permis de faire connaissance avec les ânes. Enseignant, travaillant encore à temps plein, je ne peux participer aux stages de formations que pendant les vacances scolaires.

Vu les règles imposée aux fermiers amateurs, la parcelle cultivée sera limitée à 1000 m², le restant devant être laissé en pâture.

Le stage du 14 au 17 avril 2015 m’a permis de prendre confiance en moi et de pouvoir démarrer sans faire d’erreurs irréparables avec les animaux et le matériel.

Encore merci à Jo et sa famille pour la qualité de l’accueil et de la formation. Je n’aurais jamais cru pouvoir réaliser de tels progrès en seulement quelques jours.
Il reste encore beaucoup de choses à faire et à mettre au point mais avec les bases acquises, j’envisage l’avenir avec confiance. En étant certain que les bases acquises pendant cette formation me permettront de résoudre les problèmes qui ne manqueront pas de se poser. Pour une grande partie de mes questions, j’ai déjà obtenu les réponses et j’ai la certitude, qu’en cas de besoin, je pourrai disposer des conseils nécessaires.

La petite visite à l’atelier de Rimont et les contacts avec toute l’équipe de PROMMATA ont été un moment fort pour tout notre groupe de stagiaires.
Encore une grand merci pour cette période intensive et ces moments forts vécus en commun.

Philippe de Belgique

Logo de François
Témoignages de stagiaires
jeudi 19 novembre 2015 à 15h21 - par  François

Voilà maintenant 5 mois que nous suivons la "formation longue", le temps pour nous, sous 2 gouttes d’eau, de vous en dire quelques mots.

Soucieux d’un désir de retour à la terre, j’ai entrepris un BPREA en 2014, dans le but d’une installation en Maraîchage.
Mon éthique et mes idéaux poussant mes apprentissages vers la voie de la Traction Animale, je me demandais cependant comment acquérir les compétences pour travailler en totale autonomie avec un cheval.

J’avais remarqué l’Association PROMMATA, en errant sur la toile, proposant des formations (stage d’initiation ...), mais je cherchais une formation + longue, avec un temps adéquat pour assimiler et emmagasiner une multitude de connaissances sur l’animal, les outils, et comment travailler avec, seul, chez moi !

Une brève rencontre sur le stand PROMMATA, à la Foire Bio d’Ariège à Saint-Lizier en été 2014, m’a mis la puce à l’oreille sur une éventuelle "formation longue" à venir ...
Depuis Mars dernier, nous sommes 6 à suivre cette aventure, et quel plaisir !

Cette formation est cohérente de part : un programme riche, complet et détaillé ; 2 formateurs passionnés-passionnants ; leurs chevaux (très bons formateurs également !) ; leurs lieux de vies respectifs ; sans oublier l’œil avisé et les précieux conseils de Claude SANDILLON.

L’intitulé de cette formation : "S’installer Maraîcher en Agro-Ecologie en Traction Animale" a tout son sens.

Guillaume et Jérémie, les co-formateurs, nous ont ouvert les portes de leurs jardins, de leurs savoirs, de leur passion, de leurs "chez-eux", ce qui m’a permis (pour ne pas parler au nom des autres) de trouver " la clé de mes champs". Formation en binôme très intéressante, imageant des visions différentes qui regardent dans la même direction. Leur approche et leur façon de faire divergent parfois en fonction de leur environnement (structure du sol, climat...) ce qui alimente bon nombre d’échanges et tire vers le haut la formation.

Les 2 lieux d’accueil sont chaleureux, conviviaux et propices aux formations (salles de collectivité où il fait bon se réunir en cas d’intempéries, bibliothèque, repas partagés...). Entouré d’un relief enivrant, certains ont pu bénéficier d’un logement sur place, disposant de tout le confort nécessaire, d’autres ont eu un espace aménagé pour installer leur campement.

Nous, les 6 maraîchers, avec nos expériences diverses, mettons notre dynamisme à profit, et pouvons être acteurs de notre formation. Guillaume et Jérémie savent être à l’écoute de nos demandes et adapter le programme, quand Météo le permet évidemment ! L’alternance entre théorie et pratique est fluide, car, elle aussi, calquée sur la météo. Pas de lourdeur donc pour ceux qui ont la bougeotte quand assis trop longtemps sur une chaise !

A l’instar du forgeron, c’est en menant que l’on devient meneur, et pour cela, après quelques bonnes explications, rien de tel que la pratique, la pratique et ... la pratique. La durée de 6 mois entrecoupée de période de stages, est judicieuse, respectant le rythme de la saison (les 2 exploitations étant situées en zone de montagne, la saison y est réduite mais intense ! ).
Nous avons donc le temps d’appréhender tous les travaux à réaliser et réalisables (de la préparation du sol à la récolte). Nous échangeons sur l’historique et manipulons différents outils, anciens et plus récents, nous essayons et nous nous familiarisons avec ces-derniers.

La formation est complétée par des ateliers comme la maréchalerie, où nous avons appris à soigner les "pieds" de nos compagnons de labeur ; le travail du métal, nous permettant de faire quelques soudures si besoin ; et passion transmise, la bourrellerie, où nous trouvons le plaisir de faire ou réparer quelques pièces de harnais pour nos chevaux !

En effet, les diverses installations et projets évoluant en parallèle, 4 d’entre nous se sont lancés dans l’aventure un peu plus précisément en achetant leur premier cheval (que des juments en l’occurrence) !

Grâce aux conseils avisés et l’adaptabilité de Guillaume et Jérémie, nous avons donc accueilli Volga, Triska, Céti et Aphrodite, qui sont actuellement en cours d’éducation.

De mon point de vue, c’est une chance inouïe d’avoir pu acquérir ma jument durant cette formation. C’est le lieu idéal pour créer une relation et une base de travail saine, alimentées de tous les précieux conseils des formateurs. Je repartirai détendu fin Août de cette formation, peu importe l’avancement de la "mise au travail", nous aurons pris le temps de poser des bases solides, sans griller d’étapes. Temps qui peut être difficile à prendre en cours d’installation…

Pour les gourmands ou boulimiques de savoirs, Guillaume et Jérémie, tout comme Claude, aiment transmettre et ne s’arrêtent pas spécialement aux heures imparties, profitez-en !
C’est sans regret que j’ai pris ces 6 mois de temps, mettant parfois la vie de famille de "côté" pour préparer l’avenir. Ils sont pour moi très instructifs et constructifs.

Aujourd’hui, fort et rempli de cette formation, je ne suis qu’au commencement d’une belle aventure, où j’avance sereinement. Triska, moi même et nos quelques outils (canadien, pilter et une Kassine en cours de fabrication) reprenons 5000m2 en Maraîchage à Revel (31) dès Septembre.

Nous comptons bien nous investir dans l’association PROMMATA et ce sera avec grand plaisir que nous accueillerons d’éventuels stagiaires pour la prochaine session !
Aux hésitants, curieux, intéressés, passionnés ... je recommande vivement cette jolie aventure à partager, qui apportera des bases, clés, outils... solides pour aborder puis mettre "la main aux guides" dans le but d’une installation en traction animale, possible et réalisable !

Sincères remerciements à tous ceux qui ont participé de près où de loin à la mise en place de cette formation, plus particulièrement à Claude et Chantal qui ont porté ce projet et qui ont fait perdurer cette transmission. A nos formateurs Guillaume et Mélina, Jérémie et toute sa famille du "Chant du Pissenlit". A toute l’équipe de PROMMATA, ainsi qu’à Pyrène, Vanille, Candy, Rocky, Benji, et les nouvelles venues .... A l’équipe des stagiaires Maïalen, Gwen, Kevin, Andy, Julien, et leurs familles respectives … Un grand MERCI d’avoir enrichi ce projet, nos projets respectifs et les projets d’avenir à venir ... !
François

Logo de Kévin
Témoignages de stagiaires
jeudi 19 novembre 2015 à 15h19 - par  Kévin

Aujourd’hui, je ne peux qu’avoir un sentiment positif d’une formation qui m’a permis de me donner un niveau en éducation équine, qui m’a donné une belle boite à outil (réaction, comportement) que je pourrais tenir avec les différents chevaux que je pourrais rencontrer ainsi que sur les soins à leur apporter, (apprentissage en partie dû aux problèmes ressortit sur certains chevaux que nous avons achetés nous stagiaires, comme quoi, il y là aussi du bon si on le prend dans le bon sens).

La partie agricole nous a permis de voir différentes configurations d’outils, de travail du sol en partant de champs enherbés pour aller à la mise en culture.
Nous avons eu le temps de discuter du sol, et de remettre en question ce que l’on avait dit (sujet ô combien large, facile de se perdre dans cette partie).

Ensuite un autre grand sujet est le groupe, 6, un nombre qu’on aurait du mal à dépasser, vu notre diversité, pour pourvoir avancer à un même rythme ensemble, et pour pouvoir rester un observateur attentif aux parties pratiques de ses camarades.
Une bonne ambiance sur un période de 6 mois, même quand on a tous logés en dortoir, avec la même cuisine. De quoi mettre, le besoin de se retrouver de chacun, à rude épreuve après des journées à emmagasiner des informations (en particulier les premières semaines). Heureusement les week-ends et périodes de pause (2 semaines) ou les périodes de stage en extérieur ont aidé à tout ça.

Pour moi je sais que cette formation était dans un cadre qui m’a plu, avec une approche assez ouverte à la discussion et à la réflexion sur les pratiques, qui me fait sortir avec une belle assurance sur bien des choses. On donnerait comme défaut à cela, que cette ouverture laisse des points flou pour certaines décisions, à nous aussi maintenant de nous adapter : )

Je souhaite une belle continuation à toutes les personnes de l’ombre, les intervenants, simples soutient ou rencontres, qui ont gravité tout au long de l’année, et bien sûr les formateurs.
Je sais que je ne serais pas arrivé là où j’en suis maintenant sans cette formation longue : j’ai une jument qui continue à apprendre, je prépare son arrivée dans ma région pour le mois prochain, j’ai le foin, et avec tout le reste on m’a mis les clés en mains pour la suite de l’aventure.

Kévin

Logo de Maialen
Témoignages de stagiaires
jeudi 19 novembre 2015 à 15h19 - par  Maialen

C’est enthousiaste que je suis revenue dans mon pays de cette formation sur 6 mois entre l’Ariège, à la ferme Les Jardins d’Illas à Rivèrenert, et l’Aude, à la ferme du Chant du Pissenlit à Galinagues.

D’abord parce que s’accorder du temps pour une formation en coupant avec son quotidien permet d’être centré et disponible pour apprendre, comprendre, rencontrer, réfléchir et avancer.
Ensuite parce que c’est une formation complète accompagnée par deux jeunes formateurs-paysans, Guillaume Kedryna et Jérémie Vandermosten, passionnés et généreux dans leur transmission du savoir. Sans oublier la présence de Claude Sandillon qui a su partager avec nous son expérience et son savoir faire précieux.

C’est une formation pratique :
Dans chaque lieu, nous étions en situation, dans une ferme en activité, avec un type de sol particulier, un climat spécifique, une organisation de travail et des choix de pratiques, mais aussi un environnement propre (humain, géographique, économique, …). C’est concret, et c’est une référence de quelque chose qui fonctionne en traction animale.
Ensuite les méthodes enseignées ou plutôt transmises, de soins, de dressages et de guidages sont en adéquation avec un lieu de travail, et des outils de traction animale utilisés en situation de travail. Il n’y a pas de dogme, mais la recherche d’une cohérence et d’un équilibre entre les besoins de l’activité agricole, l’animal qui nous accompagne dans le travail et le ou la paysanne. On peut se faire sa propre idée sur l’utilisation de tel outil, de telle dent dans tel sol ou telle configuration de culture, quel temps de travail, quelle organisation ça demande. Les formateurs sont des paysans, on n’est pas dans la théorie mais dans la pratique et l’expérience.

C’est une formation complète :
On commence par le travail en rond de longe, cet espace sécurisé où l’on a appris à communiquer avec le cheval, d’abord sans utiliser la voix, apprendre à se placer par rapport au cheval pour le faire marcher, s’arrêter, tourner, changer de main… apprendre à gonfler sa bulle… mettre une intention dans sa demande… puis intégrer la voix, « marcher », « tourner gauche », « Oh laà »,… apprendre à monter les phases et savoir les descendre… puis intégrer le menage aux guides… puis le palonnier et un outil… Désensibiliser son animal au matériel, mais aussi aux éléments et bruits… et puis sortir du rond de longe et confirmer les apprentissages dans un espace libre, puis dans un parcours précis avec des plots, pour en arriver au champ. Après avoir pansé, curé les pieds, on harnache son cheval, et on l’attelle à un outil, la kassine, le mata, ou un canadien, une herse, … ou la charrette de récolte ! En fonction de l’objectif, travail du sol, montage de butte, entretien de culture, ou récolte, on a choisi son outil, et la combinaison de dents adaptées au travail défini et au sol : dents de vibro, ou soc queue d’hirondelle, oreille de cochon, côte de melon, patte d’oie, doigts bineurs… et c’est parti ! On pratique, on expérimente, et on apprend un peu plus tous les jours en situation.
C’est quand même autre chose de pouvoir travailler avec son cheval, c’est tout de même une autre vie, quel bonheur ! Mais attention le cheval est un animal instinctif, sa première réaction est la fuite, et les consignes de sécurité sont répétées, et au début les mousquetons de sécurité sont assurés.
J’ai également apprécié les interventions extérieures ou les différents ateliers proposés :
Alimentation, santé et soins de l’animal ; connaissance du pied, parages et maréchal ferrant ; bourrellerie et entretien du cuir ; approche des différents métaux et initiation au travail du métal ; approche des techniques de travail du sol ; quelques principes B.A.ba de débardage… étude économique d’un projet ; commercialisation et mise en place d’un stand de marché ; savoir communiquer en TA…
Et puis les adaptations qui m’intéressaient plus particulièrement, relatives à mon projet en arboriculture production de fruits, comme le travail du sol en déport avec le mata (brancards déportés sur un côté pour pouvoir travailler aux pieds des arbres ou petits fruits), l’utilisation de la décavaillonneuse (que je pourrais éventuellement utiliser pour son système de palpeur, mais avec d’autres dents) avec un menage de précision, ou le menage à la charrette pour la récolte.

Agronomiquement, j’ai fait un bon en avant. Au delà de tout l’intérêt que présente la TA (plus besoin de carburant, plus de paillage plastique, moins de problème de tassement du sol, un apport en fumier, …), cette formation m’a permis de mieux comprendre l’effet d’un outil, d’une dent, d’un soc dans tel type de sol, et donc le choix de telle dent pour tel sol et/ou tel travail du sol. Je l’avais appris et un peu pratiqué avec le tracteur, mais j’ai fait encore plus de chemin avec la TA qui permet en plus des combinaisons de dents et socs différents.

Il reste toujours à approfondir un savoir par la pratique, encore et toujours, et par sa propre expérience en situation, mais j’ai terminé cette formation avec une boîte à outils bien remplie, et aujourd’hui j’ai les ingrédients nécessaires pour me lancer en autonomie dans un projet en TA. Pour l’instant il me manque le foncier…

Aujourd’hui je vois Prommata comme un réseau nécessaire, un soutien dans l’installation en TA : outillage (évolution participative et adaptation), mais aussi échange d’expériences. Comme disait Jean-François Bouchy (maraîcher durant 40 ans et formateur intervenu au Pays basque), un maraîcher tout seul même après 40 ans de carrière, n’a que 40 expériences soit 40 saisons, alors que 10 maraîchers réunis, c’est déjà 400 expériences partagées. Et je pense, comme pour beaucoup de domaine, que la formation est un socle indispensable au développement d’un projet, c’est par la transmission que l’on communique le mieux et que l’on pourra multiplier les projets en TA.
Alors longue vie à cette formation et bonne route aux suivants !

Logo de isa chlorophylle
Témoignages de stagiaires
dimanche 24 mai 2015 à 17h19 - par  isa chlorophylle

J’aimerais témoigner d’une expérience en traction chevaline avec Guillaume Keydrina au jardin d’Ilas....

quelques jours en sa compagnie ont suffit pour recevoir de justes conseils et être apte à faire du bon boulot d’éducation avec mes (en tout cas UN dans un premier temps !) chevaux. J’étais en visite en tant que "wwoofeuse" et non comme stagiaire. Mais nous avons suffisamment échangé pour que j’en reparte avec la tête plein de bons trucs ! A mon retour à la maison, j’ai travaillé avec un cheval en suivant scrupuleusement les conseils de Guillaume en partant des bases les plus simples (communication avec le cheval) jusqu’au travail au champs (en passant par la monte). J’ai tenté d’être patiente et de respecter les étapes, sans en sauter, et ça été fructueux ! La communication établie avec ce cheval est meilleure que celle des autres chevaux (la différence est flagrante entre autre dans le fait que cette jument sait s’isoler du groupe sans stress et prendre plaisir à être seule avec moi). Le résultat est surprenant, Guillaume est un excellent formateur en traction animale. Je lui souhaite du succès dans ses projets et je vous souhaite de le rencontrer !
Bon travail sous le soleil :)

Isabel (une belgo-québécoise !)

Logo de ROUVELLAT Catherine
Témoignages de stagiaires "Maraîchage avec les ânes" Automne 2014
vendredi 26 septembre 2014 à 11h06 - par  ROUVELLAT Catherine

J’ai reçu le mail que vous avez transmis aux adhérents concernant vos difficultés actuelles. En guise de soutien je tenais à témoigner de mon expérience récente en stage de "traction animale avec des ânes et maraîchage".

Je suis maraîchère depuis maintenant 5 ans, jusqu’ici je louais 1/2 ha de terre que je cultivais en bio, l’an passé nous avons eu l’opportunité d’acheter des terres où nous sommes à présent installés.
Cela fait déjà un moment que j’ai eu connaissance de la traction animale et de votre association ( par le biais d’amis paysans qui travaillaient en traction animale ) et j’ai toujours envisagé d’y venir quand je serais sur mes terres.
Maintenant c’est chose faites et je suis donc, revenu vers PROMMATA dans un premier temps pour le matériel et j’ai suivi le stage avec Jo Ballade du 16 au 19 Septembre.

Dans les deux cas je ne puis que partager mon enthousiasme : j’ai été fort bien accueillie à PROMMATA où l’on m’a conseillé sur le matériel à choisir en fonction de mes besoins et surtout où l’on m’a fais confiance et permis d’échelonner le paiement. Quand au stage pratique il a su remplir mes attentes et même au delà, car Jo Ballade met une telle passion a transmettre son savoir qu’il arrive même à devancer nos questionnements et partage volontiers sa propre expérience de maraîcher. Ces 4 jours ont été une véritable découverte déjà de l’animal que je redoutais un peu, mais aussi d’une approche agronomique, avec la technique de la culture sur "billons", pointu allant dans le sens d’une agriculture écologique et durable, reposant sur un "sol vivant". Je suis partie de ces journées tout a fait rassurer quand aux ânes mais surtout totalement assuré d’avoir fais le bon choix car la "technique des billons" dans mes conditions "pédo-climatques" (j’ai une terre lourde se réchauffant très lentement, risquant " l’asphyxie ") est parfaitement adaptée.

Une structure comme PROMMATA de par la qualité de son "écoute" mais aussi de son matériel et de ses formateurs est indispensable à la petite paysannerie à laquelle j’appartiens, elle met à notre disposition son "savoir faire" pour un investissement finalement assez modeste en comparaison avec le matériel classique. Et surtout le plus important à mes yeux, va dans le sens d’une agriculture biologique soucieuse de préserver les équilibres naturelles. Elle mérite d’avoir une plus grande visibilité et d’être reconnue pour ce travail de qualité.

Catherine Rouvellat Sombo - Dibélé, une stagiaire comblée !.

CHAÎNE VIDÉO DE PROMMATA  | 

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Témoignages de stagiaires
Soutenir par un don