La ferme de Flaceleyre

jeudi 14 août 2014
popularité : 19%

La ferme se situe en Haute-Loire, sur la commune de Vorey sur Arzon, dans un petit hameau comptant une quinzaine d’habitations : Flaceleyre. A une altitude de 530m, dans la vallée de la Loire, positionnée sur le versant exposé au Sud, protégée du vent du Nord, alimentée en eau par un ruisseau coulant du plateau, la ferme se prête bien à une petite activité de polyculture-élevage.

L’histoire, agricole, paysanne, du lieu, serait longue à raconter, comme dans tout hameau rural.Mais à Flaceleyre on se souviendra, nous l’espérons, d’un fait important. En effet, en 2011, Gilbert Conord, qui oeuvra pendant plus de 30 ans sur la ferme, fit donation de l’ensemble de sa propriété à la Fondation Terre de Liens, et parti vers de nouvelles aventures . . .

Depuis 3 ans, nous sommes un petit groupe à maintenir, et développer, la vie et les activités sur la ferme. Maraîchage, cultures de blés anciens, micro-boulangerie, petits fruits, vignes, un peu de cueillette sauvage, un peu de fromage, 1 ou 2 veau par an, une basse-cour, vergers, fenaisons, cultures fourragères : voilà pour les activités agricoles. Celles-ci sont principalement destinées à l’autoconsommation. Beaucoup d’accueil (stagiaires, wwoofers, copains, test-agricoles . . .) de travail en commun, de chantiers collectifs, de réflexions, d’expérimentations et d’échanges que ce soit avec les gens de passages ou les « vieux » paysans du coin : voilà pour le coté « Humain » ! !

Une des caractéristique forte de la ferme est que nous travaillons aujourd’hui presque uniquement en traction animale (seul les fenaisons sont réalisées avec un tracteur chez un voisin paysan). En effet, pour réaliser les travaux agricoles nous nous sommes alliés avec Soleil (un hongre Mérens), Fauvette et Barade (2 vaches Ferrandaise) ainsi que Galopin, Pierrot, Vano et Titou (4 ânes). Ainsi les cultures (légumes, petits fruits, céréales et cultures fourragères), le portage du bois, du foin, des matériaux mais aussi le débardage sont assurés avec l’aide de ces animaux. La ferme est composée aujourd’hui d’une petite vingtaine d’hectares de pâtures, terres, friches et bois.

Pour réaliser les travaux qui demandent le plus de puissance, nous mettons au joug Fauvette et Barade. Nous avons une vieille déchaumeuse à traction animale (achetée 80 euros ! ) avec laquelle nous broyons et enfouissons les engrais verts au printemps (mélange seigle-pois-vesse). Le grand avantage de cet outil est de pouvoir préparer un sol protégé par un couvert végétal sans que ça « bourre », ce que nous n’arrivions pas à faire avec le cultivateur, et sans avoir recours au labour. Donc, on peut le dire, cet outil nous facilite bien souvent la vie, et nous permet de continuer à expérimenter et mettre en œuvre des cultures d’engrais vert en rotation avec les légumes et les céréales.

Notre paire de vaches tire aussi le cultivateur (cultivateur traîneau, appelé aussi canadien ou extirpateur). Nous avons plusieurs cultivateurs de ce type, de 5 à 9 dents. Nous passons le cultivateur une fois les engrais vert enfouis, ou en fin de culture de légumes si il y a peu de matière végétale au sol. Nous apprécions cet outil parce que c’est relativement facile de travailler seul avec. De plus nous avons un sol qui se compacte facilement (beaucoup de limons) et le cultivateur réalise un décompactage assez intéressant.
La configuration déchaumeuse + cultivateur nous permet de ne plus labourer nos terres (sauf à de rares exceptions).

Pour travailler avec les vaches soit il y a un timon fixe sur l’outil (la déchaumeuse par exemple) soit nous utilisons un timon mobile (en bois) ou une chaîne, le timon mobile en bois à l’avantage de ne pas blesser les vaches aux pattes arrières lorsqu’elles font les manœuvres, contrairement à la chaîne qui est un peu « agressive ».
Les vaches sont menées à l’aiguillon en marchant devant elles.

Nous avons fait le choix des vaches plutôt que des bœufs pour leur coté plus « polyvalent ». En effet, outre le travail, Fauvette et Barade, nous font des veaux tous les ans, et nous permettent de les traire pour faire un peu de fromage. Des petits plus pour notre ferme !

Enfin nos vaches tirent occasionnellement la herse, mais la plupart du temps c’est Soleil qui fait ce travail qui demande peu d’effort.

Une fois les terres prêtent à être mises en cultures, avec Soleil ou Galopin et Titou en paire nous mettons en place les buttes avec la kassine et les disques billoneurs. Pour les petites parcelles de jardin, dans lesquelles c’est plus compliqué de passer avec les vaches, nous utilisons le vibroculteur de la kassine pour préparer le sol. Ensuite tout le suivi des cultures se fait avec Soleil ou un des ânes. Le sous-solage des sillons, le buttage (des poireaux, patates, choux, etc. . .) le désherbage au trisoc entre buttes, la récoltes des pommes de terres . . .
Sur la ferme nous avons 2 ensembles kassine+outils, ce qui est bien pratique car nos jardins ne sont pas tous au même endroit, et ça nous évite ainsi de trimballer les outils d’un bout à l’autre de la ferme. Avec Soleil nous montons le fumier aux jardins, avec un système artisanal sulky + remorque qui est bien adapté à nos petits chemins.
Nous expérimentons aussi à petite échelle la culture sur buttes permanentes, et à grande échelle les associations de cultures potagères-florales-aromatiques.

Jusque là nous moissonnions le blé à la main, à la faucille ou à la faux, mais en 2014 nous ferons un essai avec une faucheuse à céréales à traction animale. Le battage et le trie continueront à se faire avec nos vieilles machines à manivelles, ou à pédales. Ces chantiers sont autant d’occasions d’inviter les copains à venir filer la main, et à passer un bon moment ensemble !

Nous cultivons environ 1 hectare, toutes cultures comprises. Toutes les productions sont pour l’instant destinées à l’auto-consommation avant tout, les « surplus » sont vendus sur le marché de Vorey ou sur la ferme (les légumes principalement).
Chaque hiver nous sortons le bois de chauffage avec l’aide des ânes, principalement en portage. Occasionnellement Soleil et les vaches débardent des grumes quand l’accès le permet. Les ânes nous aident aussi pour le transport de matériaux ou de foin (en portage toujours).

Si vous voulez en savoir plus, ou nous rencontrer, vous êtes les bienvenus !

Adresse : Ferme de Flaceleyre, Flaceleyre, Vorey sur Arzon
Téléphone : 0471059046
mail : association.fumeterre43 chez gmail.com


Portfolio

JPEG - 19.3 ko JPEG - 162.8 ko JPEG - 27.2 ko JPEG - 279.3 ko
CHAÎNE VIDÉO DE PROMMATA  | 
Soutenir par un don